Info-Patho

Verrue

Signes et symptômes

La verrue est une infection virale de la peau causée par le virus du papillome humain (VPH) provoquant une excroissance intra-épidermique. Il existe au minimum 80 types de VPH, mais seulement 6 d’entre eux peuvent être responsables de verrues.

 

Les verrues sont contagieuses par contact direct ou indirect (par l’entremise des surfaces contaminées telles que les piscines) et sont autocontagieuses chez la personne infectée (auto-inoculation). La période d’incubation est de 2 à 6 mois.

 
 

Tableau 1 : Types de verrues
ImageDescription
Verrue commune ou vulgaire- Souvent retrouvée sur les mains et les doigts et parfois sous les ongles.
- Apparence papule ferme
- Couleur chair
- Surface rugueuse
- Mesure 1 à 10mm de diamètre
- Asymptomatique
Verrue plantaire- Retrouvée sur le pied, plus particulièrement aux points de pression.
- Parfois élevée mais souvent aplatie
- Mesure 0,5-3 cm de diamètre
- Hyperkératosée
Verrue filiforme- Retrouvée sur les yeux, le visage et le cou et souvent en grande quantité.
Verrue plate ou plane- Retrouvée au niveau des sites de grattage ou de rasage.
- Plus petite que la verrue vulgaire
- Forme une ligne suivant le traumatisme
Verrue en mosaïque- Agglomération de verrues apparaissant un peu partout sur la face plantaire du pied.
- Surface irrégulière avec peu de relief
- Souvent piquetée de points noirs
- Grosseur d’une tête d’épingle
- Rarement douloureuse
- Persiste longtemps et particulièrement résistante au traitement

Il peut parfois être difficile à discerner une verrue d’un cor. En pratique, on peut les distinguer en pinçant la sur les côtés (latéral) de la lésion. Le pincement sera généralement douloureux dans le cas d’une verrue, mais pas dans le cas d’un cor. De plus, la pression directement (perpendiculaire) à la lésion est douloureuse dans le cas d’un cor, et pas dans le cas d’une verrue.
 

 
 

Mises en garde

Verrues au visage ou sur les régions génitales
Signes d’infection
Patients sous thérapie immunosuppressive ou présentant une maladie entraînant une faiblesse du système immunitaire (VIH)
Pas d’amélioration de la lésion après deux semaines de traitement
Guérison complète non obtenue après 12 semaines de traitement
Augmentation de la taille de la verrue durant le traitement.
Patients atteints de maladies vasculaires périphériques, de diabète, ou de neuropathies.
Verrues planes, filiformes, ou en mosaïques
 
 

Traitements

Avant de suggérer un traitement, le pharmacien doit prendre en considération l’état de santé du patient ainsi que du nombre et de la dimension de verrues. On recommande un maximum de 12 semaines de traitement en MVL. Les traitements ne sont pas toujours efficaces (réponse complète entre 60 et 70% après 3 mois de traitements).

 

Le traitement n’est cependant pas toujours obligatoire. En effet, selon la littérature, il peut y avoir une rémission spontanée chez le deux tiers des enfants à l’intérieur de deux ans

 

Les trois principales options de traitements sont les produits à base d’acide salicylique, les produits à base de diméthyléther et de propane (thérapie au froid) et les injections d’azote liquide (par un médecin). Peu de données existent quant à l’efficacité des traitements des verrues. La plupart des études effectuées sont de faible qualité. De plus, leurs conclusions sont souvent contradictoires. La diversité des produits existant sur le marché rend aussi la validité externe de ces études discutable.

 

Le choix du traitement dépend de plusieurs facteurs, entre autres, des préférences du patient. Voici un tableau résumé des principales différences entre ces traitements :

Tableau 3 : Comparaison entre les options de traitement en MVL pour les verrues
Acide salicyliqueDiméthyléther et de propaneInjections d’azote liquide
Précision/EsthétiquePeau environnante souvent endommagée (très peu esthétique)Délimitation de la surface affectée lors de l’applicationInjection ciblée au site (méthode la plus esthétique)
Durée de traitementPeut durer plusieurs semaines, l’observance est souvent problématique 1 à 3 applicationsUne seule injection la plupart du temps.
Disponible en MVLOuiOuiNon

 
 

 

Traitement #1 : Acide salicylique

L’acide salicylique est un agent kératolytique. Il agit en détruisant mécaniquement l’épiderme infecté par le virus. Il stimule aussi le système immunitaire à combattre le pathogène en créant une réaction inflammatoire.

 

Une panoplie de produits à base d’acide salicylique sont disponibles en vente libre à des concentrations allant jusqu’à 40%. Pour les verrues vulgaires, on recommande des liquides topiques à des concentrations d’acide salicylique entre 11 et 20%. Pour les verrues plantaires, il est préférable de viser des concentrations plus élevées (17 à 40%), et les disques médicamentés s’avèrent être un choix intéressant dans ce cas. Il n’y a cependant pas de formulation qui semble être supérieure.

 

Plusieurs produits contiennent de l’acide lactique, qui diminue le pH et augmente ainsi l’efficacité. On recommande une concentration d’environ 17% d’acide lactique en combinaison avec l’acide salicylique afin d’optimiser l’efficacité du traitement.

 

Posologie : 1 app. q24h pour les liquides top. et q48h pour les disques et pansements médicamentés jusqu’à ce que la peau commence à reprendre une apparence saine (maximum 12 semaines).

 

À faire avant chaque application du produit

  1. Laver la zone à traiter avec de l’eau et du savon.
  2. Faire tremper la verrue dans de l’eau tiède pendant 5 à 15 minutes.
  3. Enlever la peau morte avec une pierre ponce ou une lime.
  4. Appliquer le produit. Recouvrir d’un pansement pour la formulation liquide, gel ou onguent.
  5. Suspendre le traitement si irritation ou saignement.

Effets secondaires : Irritation et douleur locale. Destruction de la peau environnante.

 

Précautions : Enfants > 2 ans.
 

Contre-indication : Enfants < 2 ans.

 
 

Traitement #2 : Diméthyléther et propane

Le diméthyléther et propane (DMEP) est une forme de cryothérapie disponible en MVL. Le produit est similaire à l’azote liquide, mais atteint une température moins basse (-59oC versus -196oC). Le refroidissement engendré par le produit forme une ampoule sous la verrue qui, après quelques jours, laissera place à une peau neuve.

 

Posologie : Une application STAT, à répéter après 10 jours PRN (maximum de 3 applications)

 

Effets secondaires : Formation d’une ampoule, dépigmentation, desquamation de la peau et douleur.

 

Précautions : Voir la section « Mises en garde ».

 

Contre-indications : Enfants < 4 ans , utilisation sur le visage ou organes génitaux, sur les grains de beauté foncés et sur les lésions présentant des signes d’infection ou d’inflammation.

 

Application du produit

Différents applicateurs avec des mécanismes différents existent sur le marché. Les applicateurs contiennent généralement des embouts en mousse (avec un bord bleu et un bord blanc), un support pour les embouts et un flacon contenant le DMEP.

  1. Prendre un embout en mousse et le poser sur le support commençant par la partie bleu.
  2. Poser le flacon sur une surface plane solide (ex : table) et le tenir fermement. Faire entrer l’embout en mousse avec l’applicateur dans le flacon. Appuyer légèrement dans le flacon pendant 2 à 3 secondes (suivre les recommandations du fabricant).
  3. Retirer l’applicateur et l’embout en mousse du flacon et appliquer immédiatement sur la verrue. Dépendamment de la taille de la verrue, la durée du contact entre le produit et la verrue varie. Il faut suivre l’échelle du fabricant afin de déterminer la durée optimale de contact pour chaque patient.
  4. Jeter l’embout de mousse. Répéter dans 10 jours si nécessaire.

 
 
Voici une revue de quelques autres traitements faisant partie de l’arsenal thérapeutique.

Tableau 4 : Autres traitements utilisés pour les verrues
Brève descriptionConsidérationsCommentaires
Ruban à conduit (duct tape)Le traitement consiste à garder la verrue constamment recouverte d’un morceau de ruban adhésif afin de « l’étouffer ». À la fin de chaque semaine, on nettoie la surface avec un savon doux et on émonde la surface de la verrue avec un lime d’émeri ou pierre ponce. La procédure est répétée ad. disparition de la verrue (4-8 sem.) Peu coûteux, peu douloureux, sans effets secondaires Une étude de faible qualité aurait démontré une supériorité de la méthode avec le ruban à conduit versus la cryothérapie. Cependant, selon une revue Cochrane, plusieurs autres études auraient eu des résultats contradictoires et la méthode ne semble pas aussi efficace qu’on l’aurait cru.
Extrait d’ailSelon certaines références, l’extrait d’ail aurait des propriétés antivirales et pourrait inhiber la prolifération des cellules infectées.

Application de fines tranches d’ail frais ou d’extrait d’ail liquide sur la verrue, deux fois par jour pendant 2 semaines.
Peu coûteux, non douloureux et sans effets secondaires En 2005, un essai contrôlé mené auprès de 23 personnes a évalué l’efficacité de cette méthode. Après 1 à 2 semaines, toutes les verrues (principalement au-niveau des mains) avaient disparu, sans qu’il y ait de récidive après 4 mois.

Cependant, il est trop tôt pour recommander cette méthode étant donné le faible échantillon de la population et les méthodes douteuses utilisées dans l’étude.
Phytothérapie Diverses plantes ont pu être utilisées pour traiter les verrues, notamment l’écorce de bouleau et de saule, les rhizomes de la sanguinaire et l’huile essentielle de cèdre.

Application du produit sur la verrue 1-2x par jour. Au besoin, on émonde la surface de la verrue avec une lime d’émeri ou une pierre ponce. On répète la procédure jusqu’à disparition complète de la verrue (4-8 sem)
Peu coûteux, non douloureux et sans effets secondaires Bien que l’efficacité de ces approches ne repose sur aucun fondement scientifique, elles représentent une option de traitement intéressante pour les patients chez qui les premières lignes de traitements ne peuvent être administrées. À noter que la résolution spontanée des verrues est fréquente.
CantharidePoison mitochondrial entraînant la formation d’une vésicule, qui rompt ensuite et forme une croûte qui finit par disparaître sans laisser de cicatrice.Difficilement disponible, mais peut toujours se commander.

Doit être administré par un professionnel de la santé.
Traitement réservé en dernière ligne. De meilleures options existes.
Cryothérapie à l’azote liquideFort refroidissement de la verrue
(-196°C) qui évolue en ampoule et finit par desquamer et laisser place à la nouvelle peau.

Utilisé sur les verrues vulgaires, les verrues plantaires et le molloscum contagiosum.
Doit être effectué par un professionnel de la santé.

Douloureux. Possibilité d’appliquer une crème anesthésique avant le traitement (xylocaïne ou benzocaïne).

Possibilité de changement de pigmentation chez les personnes de race noire.
Méthode très efficace

Peut entraîner la disparition des verrues en 12 semaines (70%-80% sans cicatrice).
Ranitidine (antagoniste récepteurs H2)À haute dose, la ranitidine (et cimétidine) aurait un effet immunomodulateur en stimulant certaines interleukines.

Pour la ranitidine, la dose étudiée est de 300 mg BID.
En général, très bien toléré.

Opter pour ranitidine au lieu de cimétidine, qui comporte plusieurs interactions, un profil d’innocuité moins intéressant et des propriétés anti-androgéniques.
Étant donné la présence de peu d’études évaluant son utilisation dans le traitement des verrues, et l’absence de données d’efficacité solides, il est préférable d’avoir recours à d’autres options de traitement. Cependant, la ranitidine reste une option valable lorsque les traitements en prescription (ex : cryothérapie à l’azote liquide) ont été tentés.

 
 
Mesures non-pharmacologiques

Prévention de la récurrence :

  • Garder les pieds propres et secs.
  • Protéger la peau des microlésions.
  • Porter des sandales dans les vestiaires sportifs, les douches et autour des piscines publiques.

Prévention de la contagion

  • Recouvrir la verrue avec un pansement durant le traitement. Il est important de s’assurer que le pansement demeure toujours sec. Changer le pansement le cas échéant.
  • Réserver les serviettes de bain, les chaussettes, les chaussures d’une personne infectée à son usage exclusif afin de réduire les risques de contamination.
  • Se laver les mains après avoir été en contact avec des verrues.

 
 

Suivi

Un suivi devrait être effectué dans les 7 à 10 jours suivant le début du traitement afin d’évaluer l’observance et de vérifier si le produit est bien utilisé. Dans le cas de la cryothérapie, le traitement peut être repris au jour 10 si la verrue est toujours présente.

Un deuxième suivi peut être réalisé quelques mois après le premier afin d’évaluer si le traitement est efficace, bien toléré et pris de façon régulière.

Auteurs

Visitez la page Notre Équipe pour consulter les profils des rédacteurs.

 


Émie Bouchard