Info-Patho

Supplémentation chez le nouveau-né

Image
Signes et symptômes

Les nouveau-nés ont besoin de vitamine D pour grandir et se développer en santé. La vitamine D les aide à conserver des os et des dents solides et en santé et à favoriser l’absorption et l’utilisation du calcium et du phosphore.

 

La fiche qui suit portera sur la supplémentation de l’enfant né à terme et en santé en Amérique du Nord.

 

Carence

Un enfant dont l’alimentation ne fournit pas suffisamment de vitamine D est à risque de développer des problèmes touchant la croissance et le développement des os et des dents. Le rachitisme en est la conséquence la plus grave. Une hyperparathyroïdie est également possible en cas de carence en vitamine D.

 

Toxicité

De façon générale, la vitamine D est peu toxique en cas de surdosage aigu. Cependant, une intoxication chronique peut survenir et n’est pas sans conséquences. Les symptômes suivant peuvent être observés : somnolence, hypotonie, nausées, vomissements, constipation, douleurs abdominales, perte de poids, polyurie, calciurie et hypertension légère. La plupart de ces effets proviennent d’une hypercalcémie suite à une absorption augmentée de calcium par le tractus intestinal. Déjà, à 1000 UI par jour, un enfant hypersensible est à risque d’hypercalcémie. Un surdosage peut même mener à une inhibition de la croissance. Une dose de 2000 à 6300 UI par jour suffit pour produire cette conséquence.

 

 

Image
Image
Mises en garde

Ne s’applique pas.
 
 


Image
Image
Traitements

L’allaitement maternel exclusif est recommandé jusqu’à l’âge d’au moins 6 mois. Il peut être poursuivi partiellement (en ajoutant graduellement des aliments solides) jusqu’à l’âge de 2 ans et plus. L’allaitement maternel est important sur le plan nutritionnel. En plus d’assurer une protection immunologique, il favorise la croissance et le développement des nourrissons et des jeunes enfants.

 

Pour les nourrissons allaités exclusivement ou partiellement, il est recommandé d’ajouter un supplément quotidien de 400 UI de vitamine D. Les nourrissons du Grand Nord bénéficieraient d’un apport en vitamine D de 800 UI/jour durant les jours d’hiver (Société Canadienne de Pédiatrie). En effet, malgré que l’allaitement devrait théoriquement combler tous les besoins nutritionnels du nourrisson, la carence maternelle en vitamine D durant la grossesse et l’allaitement est fréquente et engendre une diminution du contenu en vitamine D présent dans le lait. Ceci expose le nourrisson à un risque de carence en vitamine D s’il n’est pas supplémenté.

 

La supplémentation en vitamine D devrait être poursuivie aussi longtemps que l’enfant ne boit pas au moins 1L de préparation lactée enrichie en vitamine D par jour s’il a moins d’un an, ou de lait enrichi en vitamine D s’il a plus d’un an.

 

Pour ce qui est des nourrissons nourris avec des préparations lactées et/ou consommant des aliments comblant les apports recommandés (voir Tableau 1), la supplémentation n’est pas nécessaire. En effet, les préparations lactées satisfont les apports nutritionnels recommandés. Cependant, les bébés des collectivités du Grand Nord qui sont nourris à l’aide de ces préparations devraient recevoir un supplément de 400 UI par jour entre octobre et avril, afin de s’assurer qu’ils assimilent suffisamment de vitamine D.

 

Tableau 1 : Apports nutritionnel de référence (ANREF) pour la vitamine D
Groupe d'âgeApport nutritionnel recommandé (ANR) par jourApport maximal tolérable (AMT) par jour
Nourrissons 0-6 mois400 UI  (10 mcg) 1000 UI (25 mcg)
Nourrissons 7-12 mois400 UI  (10 mcg) 1500 UI (38 mcg)
Enfants 1-3 ans600 UI (15 mcg)2500 UI (63 mcg)
Enfants 4-8 ans600 UI (15 mcg)3000 UI (75 mcg)
Enfants et Adultes
9-70 ans
600 UI (15 mcg)4000 UI (100 mcg)
Adultes > 70 ans800 UI (15 mcg)4000 UI (100 mcg)
Grossesse & Lactation600 UI (15 mcg)4000 UI (100 mcg)

Source du tableau : INSPQ 2011

 

Administrer la vitamine D en gouttes

1) Méthode d’administration du DdropsMD (400 unités par goutte)

  • Administrer une goutte, une fois par jour.
  • Tourner la bouteille complètement à l’envers. Il n’est pas nécessaire de brasser la bouteille, la goutte s’écoulera d’elle-même. Afin de ralentir la vitesse de sortie de la goutte, incliner légèrement la bouteille à partir de la verticale.
  • En quelques secondes, une goutte tombera de l’ouverture du dessus de la bouteille. Mettre une goutte sur le sein de la mère ou sur une suce et laisser le nourrisson téter pendant 30 secondes.
  • Les produits DdropsMD sont conçus pour être déposés sur une surface propre, puis léchés à partir de la surface plutôt qu’être versés directement dans la bouche du nourrisson. Ceci permet au dispositif de ne pas être en contact avec la bouche du nourrisson afin d’éviter toute contamination. Cette méthode permet également un contrôle facile du nombre de gouttes dispensées de la bouteille avant que le nourrisson ne prenne le produit.
  • Lorsque le nourrisson commence à manger des aliments solides, la goutte peut être directement déposée sur l’aliment avant d’être donné à l’enfant.
  • Entreposez la bouteille en position debout, entre 10°C et 30°C.

 

2) Méthode d’administration du PediaVitMD, D-vi-solMD ou Tri-vi-solMD (400 unités/ml)

  • Administrer 1 ml une fois par jour.
  • Remplir le compte-gouttes jusqu’au repère supérieur.
  • Administrer directement par la bouche ou au lait maternel.

 

 

Image
Image
MNPs
Ne s’applique pas.

 
 


Image
Image
Suivi

Vérifier lors des renouvellements l’observance au traitement (surdosage ou sous-dosage) et les changements par rapport à l’alimentation du nourrisson. Lors de l’introduction d’aliments, il est recommandé d’évaluer l’apport en vitamine D consommée par l’enfant et, lorsque celui-ci rencontre les apports nutritionnels recommandés, (selon le groupe d’âge), les suppléments ne sont plus indiqués.

 
 

Auteurs

Visitez la page Notre Équipe pour consulter les profils des rédacteurs.

 


Laurie Tremblay