Info-Patho

Poussée dentaire

Image
Signes et symptômes

**Chaque enfant est unique et son développement l’est aussi. C’est pourquoi il existe une grande variabilité dans la période d’éruption des dents. Les dents sont déjà formées sous la gencive à la naissance et la première dent (souvent une incisive centrale) fait éruption autour de 6 mois. Toutefois, les parents peuvent devoir attendre jusqu’à 12 mois avant de voir la première dent.

 

Symptômes de la poussée dentaire

  • La gencive entourant la dent peut présenter des signes d’inflammation (rougeur, irritation, enflure et sensibilité)
  • Irritabilité du bébé (agitation, pleurs, insomnie)
  • Diminution de l’appétit pour la nourriture solide
  • Augmentation de la soif
  • Légère hausse de la température du corps (< 38 °C)
  • Diarrhées légères pouvant causer un érythème fessier
  • L’enfant peut se frotter les oreilles (oreille rouge du même côté que l’éruption de la dent)
  • Congestion nasale
  • Salivation plus importante que d’habitude
  • L’enfant a plus tendance à mâcher ses doigts ou les objets
  • Érythème au niveau des joues

 

 

Image
Image
Mises en garde

Symptômes systémiques, tels que diarrhées, fièvre, vomissements 
(si les symptômes entravent l’alimentation) (si peut s’alimenter) : Abcès, kyste d’éruption ou péricoronarite
Présence d’un hématome sur la gencive
Saignement des gencives
Absence de dents au-delà de 12 mois

 

 

Image
Image
Traitements

**Les objectifs du traitement sont de contrôler la douleur, l’irritabilité et l’insomnie. Il est préférable de commencer avec des mesures non pharmacologiques pour soulager l’enfant.

 

Première ligne : MNPs
Dans la plupart des cas, les poussées dentaires ne nécessitent pas d’intervention pharmacologique ou médicale. Il est possible de proposer des solutions pour aider l’enfant à soulager sa douleur. Comme les MNPs présentent peu de risque, elles sont de bonnes options à essayer avant d’avoir recours à des médicaments. Consulter les MNPs

 

Deuxième ligne : Analgésique et anti-inflammatoire systémique (ibuprofène)

Étant donné la composante inflammatoire de la poussée dentaire, les anti-inflammatoires tels que l’ibuprofène sont de bonnes options de traitement. Ils peuvent soulager l’enfant en peu de temps si les MNPs ne sont pas suffisantes.

  • Posologie :  5-10 mg/kg/dose Q6-8H po (maximum 40 mg/kg/jr).
  • Effets indésirables: principalement des douleurs à l’estomac.
  • Précautions : Utiliser avec précaution et seulement si vraiment nécessaire avant l’âge de 6 mois. Prendre la température de l’enfant avant de donner des doses, car il peut masquer un problème sous-jacent plus important (sepsis, infection bactérienne) étant donné leur action antipyrétique.
  • Contre-indications : La prise concomitante d’un autre AINS. Réaction allergique antérieure à un AINS.

 

Troisième ligne : Analgésique systémique (acétaminophène)

L’acétaminophène est placé en troisième ligne de traitement. Mais, selon les données actuelles, l’ibuprofène et l’acétaminophène ont une efficacité similaire pour le soulagement de la douleur et de la fièvre. Cependant, l’acétaminophène n’a pas de propriétés anti-inflammatoires. Il reste tout de même un bon choix pour le soulagement de la douleur liée à la poussée dentaire si l’on veut éviter les effets secondaires potentiels des anti-inflammatoires.

  • Posologie : 10-15 mg/kg/dose q4-6h po ou pr (maximum 75 mg/kg/jr)
  • Effets indésirables : Bien toléré, mais risque d’hépatotoxicité si usage chronique ou en surdosage.
  • Précautions : Prendre la température de l’enfant avant les doses, car il peut masquer un problème sous-jacent plus important (sepsis, infection bactérienne) étant donné qu’il fait diminuer la fièvre.
  • Contre-indications : Allergie.

 

Quatrième ligne : Produits homéopathiques tels que Camillia® ou Enfant 0-9 Dentition®

Pour le moment, les données sur les produits homéopathiques sont peu concluantes. Certaines études mentionnent une efficacité supérieure au placebo, mais elles sont méthodologiquement de faible qualité. Il n’y a donc pas assez de données pour recommander ces produits.

  • Posologie :
    • Camillia: 1 unidose aux 15 minutes pour un maximum de 3 doses sur une période de 24 heures, durant 3 à 8 jours
    • Enfant 0-9® Dentition : (En crise aiguë) donner 15 gouttes per os aux 15 minutes jusqu’à 4 fois si nécessaire (hors crises : 3 fois par jour) et diminuer les prises avec amélioration.
  • Effets indésirables : Bien tolérés. Si effets indésirables, cesser l’usage.
  • Précautions :  Ne pas injecter ni instiller dans l’œil et l’oreille. Vérifier le risque d’interactions si l’enfant prend d’autres médicaments. Selon la FDA, il n’est pas recommandé d’utiliser les comprimés ou les gels homéopathiques, car ils ont recensé différents effets secondaires importants, dont les convulsions.
  • Contre-indications : Hypersensibilité à l’un des composants.

 

Cinquième ligne: pommade émolliente (Orabase® ou autres)

Malgré qu’il n’existe pas de données d’efficacité en lien avec cet agent, il agit de façon mécanique en créant une barrière entre la muqueuse et l’intérieur de la bouche, diminuant ainsi le contact entre la région douloureuse et la langue ou la nourriture. En l’absence de principe actif, son efficacité est limitée, mais reste généralement très sécuritaire à tous les âges.

  • Posologie : Pour protéger la muqueuse et augmenter son efficacité, assécher la partie à traiter, puis appliquer avec un coton-tige, aussi souvent que nécessaire.
  • Effets indésirables : Bien toléré. Si effets indésirables, cesser l’usage.
  • Précautions/Contre-indications : Hypersensibilité à l’un des composants.

 

Sixième ligne : anesthésiques topiques (Orajel® et Anbesol® ou autres)

  • Posologie : Appliquer à l’aide d’un doigt propre ou d’un coton-tige jusqu’à 4 fois par jour. Appliquer la plus petite quantité possible et sur une petite surface seulement.
  • Effets indésirables : Cesser et consulter si présence des signes ou symptômes associés à la méthémoglobinémie , un trouble rare qui peut apparaître jusqu’à deux heures après l’utilisation.
  • Précautions : Utiliser avec prudence chez les enfants, surtout si < 2 ans. Attention au risque de surutilisation du produit étant donné la très courte durée d’action. De plus, comme ces agents peuvent engourdir la langue, il est recommandé de ne pas donner de nourriture jusqu’à 1 heure après l’application afin d’éviter les risques de morsures ou de mauvais réflexes de déglutition.
  • Contre-indications : allergie à la benzocaïne ou tout autre ingrédient présent dans le produit, antécédents de méthémoglobinémie.

 

N.B.
1. Ne jamais donner d’acide acétylsalicylique (AAS) en raison du risque de développer un Syndrome de Reye, maladie grave qui touche le foie et le système nerveux central.
2. Faire preuve de précaution lors de l’utilisation concomitante de l’acétaminophène et de l’ibuprofène. La combinaison de ces deux agents augmente le risque d’erreurs d’administration, pouvant conduire à un surdosage. Si l’utilisation en alternance de l’acétaminophène et de l’ibuprofène est suggérée, il est toutefois important de donner des consignes claires quant au respect des posologies, de la dose maximale quotidienne et des intervalles d’administration, et ce, pour chacun des agents. Il peut alors être pertinent de demander aux parents de noter ces informations afin d’éviter toute confusion.

 

 

Image
Image
MNPs
  • À faire
    • Appliquer une pression sur la gencive (masser la gencive avec un doigt propre ou le dos d’une cuillère froide de métal).
    • Laisser l’enfant mordre dans une débarbouillette mouillée avec de l’eau froide.
    • Utiliser un anneau de dentition (réfrigéré, mais pas congelé). La base doit être solide et en silicone sans liquide à l’intérieur).
    • Essuyer régulièrement la salivation excessive sur le visage de l’enfant afin d’éviter une éruption cutanée.
    • Donner une suce.
  • À éviter
    • Les biscuits de dentition, car ils ont un contenu élevé en sucre et peuvent favoriser la carie.
    • Les objets qui peuvent se casser facilement, les anneaux de dentition remplis de liquide, les colliers de noisetier et les légumes crus, à cause du risque d’ingestion de morceaux et d’étouffement.

 

 

Image
Image
Suivi

Comme les symptômes se manifestent habituellement 4 jours avant l’éruption de la dent et jusqu’à 5-7 jours après l’éruption, la résorption complète devrait survenir après environ 8 jours. Par contre, selon le traitement non pharmacologique ou pharmacologique choisi, l’enfant devrait être soulagé dans les heures qui suivent l’épisode de douleur. De plus, si plusieurs dents sortent au même moment, la durée et l’intensité des symptômes peuvent augmenter.

 

Le suivi est à l’initiative des parents. Il faut leur expliquer que la poussée dentaire est variable d’un enfant à l’autre, mais de tout de même consulter s’ils ne voient pas d’amélioration ou si la situation se dégrade.

 

Auteurs

Visitez la page Notre Équipe pour consulter les profils des rédacteurs.

 


Cynthia Rocha


Joanie Chrétien


Geneviève Therrien